application code

Low Code :  la solution pour créer des applications  d’entreprise  sans  l’informatique

Power platform | LOW CODE| NO CODE

Depuis des années on parle de transformation numérique des entreprises, depuis des années les entreprises se sont attelées à numériser et outiller leurs processus internes pour que cette transformation, et les bénéfices qu’on peut en espérer, deviennent une réalité.  

Mais cette transformation butte souvent sur le fameux “dernier kilomètre” : c’est-à-dire la captation des données proches du terrain où les collaborateurs sont rarement équipés d’outils numériques ou sont déconnectés du système d’information.  

Or, les bénéfices de la transformation numérique ne deviendront une réalité que lorsque la collecte des données se fera au plus proche des opérationnels métiers car c’est là qu’on trouve souvent la valeur et les leviers d’optimisation des entreprises.  

Mais comment outiller ces opérationnels alors que les ressources des DSI sont généralement en sous capacités et ont donc du mal à prendre en charge des demandes d’outillages légers proches du terrain ?  

C’est là qu’apparait l’opportunité des outils “No code”/”Low code” : donner les moyens de construire rapidement et à moindre coût des solutions proches des métiers. Soit par des outils de formulaire (approche “No code”) soit par la construction de véritables applications (approche “Low code”).  

Les principes de la Power Platform  

L’acteur le plus connu dans le monde du “Low code” est Microsoft à travers son offre “Power Platform”. Derrière ce nom générique se cache 4 produits différents :  

  • Power BI qui est focalisé sur la représentation et le requêtage des données et qu’on pourrait qualifier de “super Excel”. Un outil idéal pour construire des tableaux de bords dynamiques. Il est déjà largement adopté par les directions métiers qui y voient une manière de faire de la Business Intelligence à moindre coût et avec un besoin d’expertise limité.  
  • Power Apps est le parfait exemple de ce qu’on imagine quand on pense à un outil de “Low code”. C’est un outil permettant de construire des applications en dessinant les écrans simplement (champs, boutons, …), les associer à des données et y intégrer une logique applicative. Sa force est sa capacité à déployer très facilement le résultat sous forme d’application web ou mobile.  
  • Power Automate qui est l’offre de RPA (Robot Process Automation) de Microsoft. Pour simplifier cela permet d’automatiser des tâches pénibles et répétitives (recherche web, saisie, …) comme on le ferait en créant des macros dans Excel mais à l’échelle du poste de travail. 
  • Power Virtual Agent enfin, qui permet de réaliser facilement des chatbots accessibles depuis Teams ou depuis le web.  

La force de ces outils est leur simplicité d’utilisation. Ils peuvent être pris en main rapidement par des utilisateurs avertis qui pourront traduire leur besoin métier avec peu de connaissances techniques. 

Le rôle des DSI dans l’émergence de la Power Platform  

Quel rôle la DSI doit jouer par rapport au “Low Code” ? Y a-t-il donc encore besoin de la DSI ? 

Oui, il est quand même essentiel que ce mouvement soit accompagné par la DSI, à la fois pour l’urbanisation de ce nouveau parc applicatif, l’intégration avec le SI et ses données ainsi que pour organiser son exploitation. En effet, la simplicité des outils “Low Code”, associée à la multitude des besoins et l’enthousiasme des collaborateurs métiers laisse entrevoir une accélération des développements et une prolifération des applications qu’il faut pouvoir maîtriser.  

L’organisation de cette gouvernance passe par la formation d’utilisateurs avancés et d’experts qui auront la capacité de bien conseiller ses “citizen developers” (développeurs métiers). En somme, cela revient à créer un centre d’expertise dont les experts auront pour rôle de favoriser l’idéation des nouvelles solutions, d’initialiser les fondations, d’accompagner le développement des applications et de réaliser leur intégration dans le système d’information. Une manière de réutiliser, capitaliser et maîtriser la prolifération désordonnée d’applications !  

La DSI garante de la maîtrise du low code ? 

Malgré son apparition récente, le Low Code a déjà su démontrer sa capacité à s’ancrer dans les processus métiers d’aujourd’hui et améliorer les relations entre le métier et la DSI.   

Cependant, il demande un vrai panel de compétences techniques pour être bien maitrisé et pour en faire ressortir la meilleure valeur possible pour le SI. 

collaborateur chez C2S

Lionel Laské, Responsable Innovation du Spot Bouygues

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Partagez le sur vos réseaux sociaux !

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Siège C2S – Guyancourt Parc Ariane III, Rue Alfred Kastler,
78280 Guyancourt
E-mail: contact@c2s.fr
Téléphone: +33 1 30 60 82 00